allies-rendement-intelectuel

 

Avez-vous déjà eu des difficultés à vous concentrer, à mémoriser ?

 

Ce n’est pas un fait rare pour les personnes qui vivent des situations professionnelles ou personnelles particulièrement stressantes. Les périodes d’examens peuvent être également propices à ces difficultés.

 

Cela se traduit aussi par la difficulté à retenir certaines informations, à les oublier aussitôt, au temps plus long passé à étudier ou à réaliser certaines tâches - habituellement réalisées beaucoup plus facilement. Si vous vous reconnaissez dans ces situations, il se peut que vous éprouviez une baisse de rendement intellectuel. Mais cette baisse n’est pas irréversible ! Il existe des alliés pour soutenir le rendement intellectuel. Quels sont-ils ?

 

concentration-jeunesChez les plus jeunes, ces désagréments peuvent se manifester lors de périodes d’examens, synonymes de longues heures d’études. Ils dorment alors moins qu’en temps normal et l’effort mental, ajouté au manque de sommeil, causent une sensation permanente de fatigue mentale et physique. Les personnes qui préparent des concours ressentent souvent une baisse de leur rendement intellectuel. Cette baisse s’explique par un effort prolongé, de longues heures d’études passées à préparer un concours par exemple. La compétition avec les autres candidats pour obtenir sa place, le programme d’études très chargé sont des facteurs qui, cumulés, créent une pression supplémentaire ne faisant qu’augmenter la nervosité et le stress. À long terme, cela se traduit par une action oxydative sur les neurones¹.

 

Les trous de mémoire représentent une autre crainte pour ces personnes qui rencontrent des troubles de la concentration, conséquence de leur état d’alerte altéré. Apprendre la maladie d’un proche ou la sienne, rencontrer des problèmes financiers ou professionnels, sont des évènements qui peuvent déclencher ces troubles, une crise de stress aigu.

 

La bonne nouvelle est qu’il existe des alliés pouvant aider à toutes ces difficultés. Ces alliés soutiennent l’organisme et la mémoire à court et moyen terme et réduisent la fatigue.


eleutherocoque

 Bienfaits de l’éleuthérocoque

 

Un de ces alliés est l’éleuthérocoque. Bien que nom puisse sembler étrange, il s’agit simplement d’une plante de la même famille que le ginseng ! Originaire des steppes de Sibérie, l’éleuthérocoque est aussi appelé ginseng sibérien. Sa racine contient de nombreuses molécules, telles que les éleuthérosides, les phénylpropanoïdes et les polysaccharides hétérogènes qui, comme le ginseng, soutiennent l’activité mentale et cognitive.

 

Ce sont les propriétés de ces molécules qui permettent à l’éleuthérocoque d’aider l’organisme à mieux s’adapter aux situations stressantes en contribuant à se sentir plus énergique, en soutenant le système immunitaire et en contribuant au bien-être physique et mental. Pas mal, non ?

 

centella-asiaticaLes propriétés de la Centella asiatica

 

En cas de baisse du rendement intellectuel, la Centella asiatica est un autre bon allié. Cette plante grimpante également surnommée Gotu Kola est très populaire en Ayurveda. Connue pour ses vertus antioxydantes, elle compte aussi dans ses parties aériennes sèches (tiges, feuilles, fleurs…) des principes actifs qui aident au maintien de bonnes performances intellectuelles.

 

Plus précisément, les extraits de Centella asiatica soutiennent les fonctions cognitives. En outre, certaines études montreraient que ces extraits stimuleraient la croissance des dendrites neuronales², c’est-à-dire la partie des neurones qui reçoit les impulsions nerveuses. Pour résumer, puisque la Centella asiatica stimule la connexion entre les neurones qui facilite le flux d’informations, sa consommation soutiendrait la mémoire.

 

glutamineComment la glutamine peut-elle aider au rendement intellectuel ?

 

La glutamine est un des 22 acides aminés qui intervient dans la composition des protéines et est le plus abondant dans le sang et les muscles. Il s’agit d’un acide aminé non essentiel ce qui veut dire que le corps le synthétise à partir de certaines substances présentes dans les aliments que nous consommons.

 

De plus, la glutamine peut se transformer en glucose lorsque la glycémie est faible. C’est pourquoi la glutamine peut constituer une source supplémentaire d’énergie pour le cerveau.

 

Cerise sur le gâteau, le GABA, cet acide aminé qui augmente la quantité d’acide γ-aminobutyrique, est un neurotransmetteur important du cerveau dans la relaxation.

 

Sources :

¹ Oxidative Stress and the Central Nervous System Samina Salim, J Pharmacol Exp Ther, 2017
² Enhancement of hippocampal CA3 neuronal dendritic arborization by Centella asiatica (Linn) fresh leaf extract treatment in adult rats, Mohandas Rao Kappettu Gadahad , Muddanna Rao, Gurumadhva Rao, J Chin Med Assoc. 2008
³ Lidia Strużyńska and Grzegorz Sulkowski, ‘Relationships between Glutamine, Glutamate, and GABA in Nerve Endings under Pb-Toxicity Conditions’, Journal of Inorganic Biochemistry, 98.6 (2004), 951–58 <https://doi.org/10.1016/j.jinorgbio.2004.02.010>; Lei Wang, Timothy J. Maher, and Richard J. Wurtman, ‘Oral L-Glutamine Increases GABA Levels in Striatal Tissue and Extracellular Fluid’, FASEB Journal: Official Publication of the Federation of American Societies for Experimental Biology, 21.4 (2007), 1227–32 <https://doi.org/10.1096/fj.06-7495com>.

 

NOS RECOMMANDATIONS :