Voici les réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le taux et les déficits en vitamine D, son association avec d’autres vitamines et minéraux et comment la prendre, pour vous aider à y voir clair.

 

La prise de vitamine D peut-elle être dangereuse pour la santé ?

Comme souvent, c’est la dose qui fait le poison. Une supplémentation régulière est sans danger et constitue la seule possibilité pour palier un manque de vitamine D.

 

Manque en vitamine D : quelles sont les causes d’hypovitaminoses D ?

 

Les causes d’un déficit en vitamine D peuvent être multiples : une exposition insuffisante ou une contre-indication au soleil (ensoleillement réduit, mode de vie limitant les activités extérieures, allergie au soleil, peau pigmentée, mélanome, certains traitements médicamenteux, personnes vivant en institution, etc.). Des apports nutritionnels insuffisants à cause d’un régime alimentaires peu diversifiés.

 

Par ailleurs, certaines populations sont plus à risque de développer un manque en vitamine D :

• les personnes âgées car le vieillissement de la peau s’accompagne d’une diminution de la synthèse cutanée de la vitamine D sous l’effet des UV1.
• les personnes obèses, la vitamine D étant stockée dans les tissus adipeux
• les femmes enceintes dont les besoins sont augmentés
• les femmes ménopausées qui peuvent présenter des fragilités de la masse osseuse

 

Comment se manifeste un manque en vitamine D ?

 

Un déficit en vitamine D est généralement asymptomatique mais il peut parfois se manifester par de la fatigue, une faiblesse musculaire, une baisse de moral, des crampes ou une faiblesse immunitaire. Un dosage en vitamine D permet de déterminer précisément ce dont le corps a besoin.

 

Personnes âgées avec risque de carence en vitamine DPourquoi proposer un dosage journalier ?

 

Pour garder un taux de vitamine D constant dans l’organisme, il faut équilibrer sa prise de vitamine D chaque jour. Une prise quotidienne2 permet de maintenir un apport de vitamine D stable et correspond mieux à un apport physiologique naturel de l’organisme.

 

 

Quelle est la différence entre la Vitamine D3 végétale et la Vitamine D3 originale ?

 

La vitamine D3 végétale est issue du lichen boréal. Ce lichen boréal est capable de produire des substances organiques telles que la vitamine D3. L’espèce de lichen que nous avons sélectionnée est issu des forêts boréales des régions froides de l’hémisphère nord. La vitamine D3 originale est issue de la lanoline (substance naturellement présente dans la laine). La lanoline est une cire obtenue par purification du suint (graisse produite par la laine de mouton). Elle produit de la vitamine D3 à la suite de son exposition au soleil (UV) : c’est le même phénomène que lorsque nous exposons notre peau au soleil.

 

Famille avec bébé sans carence de vitamine D grâce au soleilLes nouveau-nés ont-ils forcément besoin d’un apport en vitamine D ?

 

De manière générale, une supplémentation en vitamine D dure jusqu’aux 18 à 24 mois de l’enfant. Car les tout-petits, avant 1 ou 2 ans, ne doivent pas être exposés au soleil en raison de leur peau trop fragile. De ce fait, ils peuvent manquer de vitamine D. Les doses prescrites varient selon l’alimentation de l’enfant (allaitement, lait enrichi en vitamine D…). La supplémentation des nourrissons (0-1 an) et des enfants en bas âge (1-3 ans) doit faire l’objet d’un encadrement médical.

 

Peut-on couvrir ses besoins par l’alimentation, en hiver ?

 

Cela est plus difficile durant cette saison de couvrir ses besoins car l’exposition au soleil est beaucoup plus faible. Les aliments contiennent peu de vitamine D sauf les poissons gras (100 à 800 UI/100g) qui sont peu présents dans notre alimentation. Aujourd’hui, certains aliments sont enrichis en vitamine D (lait et produits laitiers frais, huiles de table). Mais souvent ces quantités restent trop faibles pour améliorer significativement le taux de vitamine D de celles et ceux qui en manquent. En plus d’ajouter ces produits dans votre alimentation, un apport en vitamine D3 peut être pris en complément.

 

Extrait de la vitamine D végétaleComment maintenir son taux de vitamine D à l’approche de l’hiver ?

 

Pour maintenir à la saison froide un bon taux de vitamine D, il est conseillé de prendre en moyenne 2000 UI de vitamine D3 par jour pour les adolescents et adultes et 1000 UI pour les enfants dès 3 ans. En pratique, les doses permettant pour la plupart d’entre nous de maintenir un taux autour de 30 ng/ml vont de 1000 à 2000 UI par jour lorsqu’on ne s’expose pas assez au soleil.

 

Pourquoi est-il intéressant d’associer la vitamine D3 et la vitamine K2 ?

 

L’association de la vitamine K2 et de la vitamine D permet une combinaison des effets de chacune afin de maintenir d’une ossature solide.

 

Pourquoi est-il intéressant d’associer la vitamine D3 avec du calcium ?

 

Le calcium (présent dans notre formule sous une forme mieux assimilable : le glycérophosphate) et la vitamine D3 sont des nutriments essentiels et très complémentaires, intervenants dans le maintien d’une ossature solide. La vitamine D agit en fixant le calcium sur les os et favorise son absorption et utilisation normales par l’organisme.

 

Pourquoi est-il intéressant d’associer la vitamine D3 avec des oméga 3 ?

 

L’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA) contenus dans les omégas 3 contribuent à une fonction cardiaque normale. L’effet bénéfique est obtenu par une consommation journalière de 250 mg d’EPA et de DHA. La vitamine D contribue au maintien d’une fonction musculaire normale.

 

UI : Unités Internationales

 

Sources :

1 A. Raynaud-Simon e al. Vitamin D supplementation in elderly subjects : why? When? how? Nutrition clinique et métabolisme, vol 28. Mai 2014.
2 Pekkarinen T et al. The same annual dose of 292000 IU of vitamin D (cholecalciferol) on either daily or four monthly basis for elderly women: 1-year comparative study of the effects on serum 25(OH)D concentrations and renal function. Clin Endocrinol. 2010. 72(4):455-61 -Chel V et al. Efficacy of different doses and time intervals of oral vitamin D supplementation with or without calcium in elderly nursing home residents. Osteoporos Int. 2008. 19(5): 663–671.

 

NOS RECOMMANDATIONS :